Le Blog des espaces collaboratifs

Des conseils pour des salles collaboratives performantes

Force est de constater qu’au cours de ces dernières années, les services informatiques des entreprises ont fait évoluer les réseaux internes vers toujours plus de centralisation et de contrôle.

Cette tendance se retrouve également pour la porte d’entrée/sortie vers internet : face aux risques extérieurs, les responsables se rassurent par une ultra-centralisation de cet accès vers l’extérieur.

L’idée générale est simple : "en créant un point de passage obligé ultra sécurisé pour tous mes salariés, je contrôle beaucoup mieux les risques externes et de plus, je mutualise les investissements de sécurité."

Mais les DSI et les responsables de business units commencent à voir les effets de bord négatifs de ces politiques.  Alors, faut-il vraiment contrôler et centraliser le réseau des salles de réunion collaboratives ? 

#1 Ce schéma centralisé amène une complexité et surtout une rigidification des processus IT liés au réseau

Cette architecture rigide et centralisée vient déposséder les acteurs locaux de toute marge de manœuvre, avec deux conséquences immédiates : une démotivation de ces acteurs et une perte de flexibilité.

Au final, certains ne sont pas loin de penser que cette évolution a entravé -voire même carrément tué- des opportunités de business pour les sites de taille petite ou moyenne. Il est un domaine dans lequel la flexibilité et le sur-mesure sont incontournables : celui des salles collaboratives et des outils de collaboration associés.

> Imaginons un réseau parallèle au réseau principal, dédié justement aux solutions collaboratives : visioconférence, audioconférence, streaming, coédition ...

> Imaginons que les flux entrants et sortants des salles collaboratives soient acheminés par une route dédiée jusqu’à un accès internet lui aussi dédié à ces flux.

Les caractéristiques de cet accès seraient une configuration calibrée pour ce type de flux : débit symétrique, garanti, gigue, …

7 points à vérifier avant de choisir  son système de visio 

#2 En raison de la séparation avec le réseau principal, ce tuyau local pourrait être entièrement déployé et géré par les équipes locales

Cerise sur le gâteau : les flux collaboratifs (qui sont généralement consommateurs de capacité réseau) ne viendraient pas perturber le trafic courant de l’entreprise.

Enfin, cette liaison internet pourrait rester au niveau 2 (niveau éthernet) entre les différents sites interconnectés, ce qui permet d’accélérer la communication.

Il existe aujourd’hui des solutions qui répondent à cette approche globale. Reprenez la main sur votre réseau collaboratif !


Déployez quand et où vous voulez de nouvelles salles de visioconférence ou de nouvelles salles de réunion collaboratives. Vous pouvez même le faire avec un partenaire extérieur. Seule condition : ce dernier doit maîtriser les salles de collaboration, les outils collaboratifs et la fourniture de liens internet dédiés.

Nouveau call-to-action

Hubert De Nomazy

Un métier : l'infrastructure de collaboration. Trois expertises : Outils, espaces et réseau de collaboration.

Quel budget pour une salle de réunion collaborative ?